Les orgues de  Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-C

Chapelle de

l’Hôpital Lariboisière

2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris

1855 - Suret

1950 – Gutschenritter

1973 – Swiderski et Camus

2007 - Dargassies

II/9 - traction mécanique

Grand-Orgue (54 notes) Montre 8' (B et D)* Bourdon 8' Prestant 4' Doublette 2' Carillon/Cornet III rgs* Trompette 8' Récit expressif (48 notes) Flûte 8'* Flûte octaviante 4' Octavin 2' Hautbois 8' Pédale (18 notes) Soubasse 16' Accouplement: Réc./G.O. Tirasse: G.O. * nouveaux jeux
L’instrument a été construit par le facteur Suret en 1855, comme l’atteste une étiquette collée en fond de laye : « Suret, 117 Faubourg Saint-Martin, facteur de Grandes-Orgues d’Eglise et d’Orgues d’Accompagnement pour les chœurs, Paris, 1855 ». Vers 1950, Gutschenritter posa un ventilateur électrique et modifia la composition. En 1973, le facteur Swiderski aidé d’un certain Camus (organiste de St Vincent de Paul) effectua des de modifications profondes sur l’harmonie. Il fut également envisagé de compléter l’étendue de la Pédale à 30 notes. Ces travaux ne se firent pas. L’instrument possède un petit buffet de style néo-classique en chêne comportant 3 plates-faces cintrées. L’instrument comporte un sommier diatonique à gravures avec double laye. La Soubasse possède 2 sommiers dédiés placés perpendiculairement à l’orgue. Mécanique de notes à balanciers.
Les orgues de Paris

Chapelle de

l’Hôpital

Lariboisière

2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris

1855 - Suret

1950 – Gutschenritter

1973 – Swiderski et Camus

2007 - Dargassies

II/9 - traction mécanique

Grand-Orgue (54 notes) Montre 8' (B et D)* Bourdon 8' Prestant 4' Doublette 2' Carillon/Cornet III rgs* Trompette 8' Récit expressif (48 notes) Flûte 8'* Flûte octaviante 4' Octavin 2' Hautbois 8' Pédale (18 notes) Soubasse 16' Accouplement: Réc./G.O. Tirasse: G.O. * nouveaux jeux
ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-Z
L’instrument a été construit par le facteur Suret en 1855, comme l’atteste une étiquette collée en fond de laye : « Suret, 117 Faubourg Saint-Martin, facteur de Grandes-Orgues d’Eglise et d’Orgues d’Accompagnement pour les chœurs, Paris, 1855 ». Vers 1950, Gutschenritter posa un ventilateur électrique et modifia la composition. En 1973, le facteur Swiderski aidé d’un certain Camus (organiste de St Vincent de Paul) effectua des de modifications profondes sur l’harmonie. Il fut également envisagé de compléter l’étendue de la Pédale à 30 notes. Ces travaux ne se firent pas. L’instrument possède un petit buffet de style néo-classique en chêne comportant 3 plates-faces cintrées. L’instrument comporte un sommier diatonique à gravures avec double laye. La Soubasse possède 2 sommiers dédiés placés perpendiculairement à l’orgue. Mécanique de notes à balanciers.